Radiologie interventionnelle


INFILTRATIONS RACHIDIENNES

Principe

L’infiltration foraminale ou épidurale consiste à injecter un anti-inflammatoire à base de cristaux de cortisone directement au contact du nerf ou de la zone du rachis dont l’irritation est responsable de votre douleur.
Elles se font sous contrôle radiologique et utilisent donc des rayons X.

En matière d’irradiation, aucun risque n’a pu être démontré compte tenu des faibles doses utilisées et des précautions prises. En cas de grossesse, il est impératif de le signaler.

Que faut il apporter ?

- La lettre du médecin
- Les éventuels résultats de l’analyse de sang concernant la coagulation
- Le dossier radiologique en votre possession (radiographies, échographies, scanners, IRM, scintigraphies osseuses …)
- La liste des médicaments que vous prenez
- Vos cartes d’assuré social et de mutuelle
- Le complément de matériel nécessaire à l’infiltration qui figurera sur une ordonnance délivrée lors de votre prise de RDV.

Faut-il une préparation ?

L’infiltration se fait en ambulatoire. Venez de préférence accompagné. Il ne faut pas être à jeun.
Informez nous si vous êtes allergique, d’une éventuelle maladie du sang ou des saignements fréquents et prolongés, d’un possible traitement fluidifiant le sang (anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire type Aspirine, Ticlid, Persantine, Sintrom, Previscan), ou tout simplement de l’Aspirine contre le mal de tête ?
Dans ce cas, il sera nécessaire d’arrêter ces médicaments avant l’examen et nous vous préciserons pour combien de temps. Vous prendrez vos autres traitements.

Déroulement de l’examen ?

Le geste sera effectué sous contrôle scanner ce qui permet de choisir le bon point d’entrée de l’aiguille et de suivre son trajet.
Vous êtes installé à plat ventre pour le rachis lombaire et sur le dos pour le rachis cervical et votre coopération est essentielle : elle contribuera à la rapidité du geste et diminuera les risques de douleur et de complications.
Après une désinfection de la peau, l’aiguille est mise en place et une faible quantité de produit de contraste est parfois injectée pour vérifier sa bonne position, ensuite le corticoïde est injecté localement.
Quelques images seront prises pendant l’examen.

Combien de temps dure l’examen ?

La durée de l’examen est courte, elle est de l’ordre de 15 minutes. En cas de canal très étroit, d’arthrose évoluée ou de patient corpulent, la durée peut être plus importante.

Est-ce douloureux ?

L’injection du médicament à proximité de la zone douloureuse peut reproduire la douleur. Dans la jambe ou dans le bras

Les résultats ?

Un repos le jour de l’infiltration est conseillé pour une meilleure efficacité de l’infiltration.
L’amélioration survient 48 h après l’infiltration, mais le résultat est inconstant.

Y a-t-il des risques à l’infiltration ?

Toute intervention même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complication exceptionnel qui peut être très grave et même mortel.
Comme pour toute ponction, il existe un très faible risque d’infection.
Des précautions nécessaires sont prises pour l’éviter.
En cas de fièvre ou de douleur importante suite à l’infiltration, il est important de contacter votre médecin ou notre équipe.

LA MICROBIOPSIE MAMMAIRE

Lors de votre bilan mammaire, il a été découvert une anomalie pour laquelle le médecin a préconisé une microbiopsie à visée diagnostique.

Qu’est-ce qu’une microbiopsie?

La microbiopsie consiste à prélever un ou plusieurs échantillons de tissu mammaire sous anesthésie locale, à l’aide d’une aiguille spéciale.

Comment cet examen se déroule t-il?

Lorsque l’anomalie est visible en échographie, la microbiopsie est réalisée sous contrôle échographique. Dans ce cas vous serez allongée dans la même position que pour l’échographie initiale.
Après désinfection de la peau et anesthésie locale, le médecin radiologue place l’aiguille dans le nodule à examiner et effectue le prélèvement. Les fragments ainsi prélevés seront ensuite analysés par le laboratoire d’anatomopathologie.
A l’issue de l’examen, une compression du sein est nécessaire durant une heure.
Parfois l’anomalie n’est visible que sur la mammographie, le prélèvement pourra être réalisé sous guidage radiologique avec une technique dite de « stéréotaxie » permettant de calculer la position exacte de l’image à biopsier. Selon les circonstances, vous serez alors, soit assise face à l’appareil de mammographie, soit allongée sur le ventre sur une table de radiologie spécifique pour ce type de prélèvement.

Quelle est la durée de l’examen?

L’examen dure entre 15 mn et 30mn.

Quel est le bénéfice de la microbiopsie?

Ce geste peut permettre, soit d’éviter une biopsie chirurgicale sous anesthésie générale, soit de mieux planifier une éventuelle intervention chirurgicale jugée nécessaire.

Y a t-il des risques liés à la microbiopsie?

Toute intervention sur le corps humain, bien que conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complication, même minime.
Afin de déceler et de prévenir le moindre malaise passager, un soignant sera toujours présent à vos côtés et vous expliquera la progression de l’examen.
Après l’examen, pour éviter ou limiter le risque d’hématome, il sera exercé une compression sur la région ponctionnée.
Les complications infectieuses sont tout à fait exceptionnelles grâce aux conditions d’asepsie observées.
Le geste comporte un risque de saignement chez les personnes qui sont sous anticoagulants ou qui prennent des médicaments contenants de l’aspirine. C’est pourquoi nous vous demandons de signaler tous vos traitements.

Les résultats

Les prélèvements seront analysés au laboratoire d’anatomopathologie. Les résultats seront envoyés au médecin qui a prescrit l’examen et/ou à votre médecin traitant.

Y a t-il des précautions particulières?

Si vous avez un terrain allergique, ou si vous suivez un traitement anti-coagulant, signalez-le lors de la prise de rendez-vous ou contactez notre service avant le jour de l’examen.
Ne prenez pas d’aspirine pendant la semaine précédente et le jour de l’examen.

Le jour de l’examen :
- Il n’y a pas de préparation à prévoir. Déjeunez normalement.
- Apporter vos mammographies si elles ne sont pas déjà en notre possession ainsi que la liste des médicaments que vous prenez.
- Aucune hospitalisation n’est nécessaire.

INFILTRATION SOUS ECHOGRAPHIE.

Ce que vous devez savoir ?

Votre médecin vous a proposé une infiltration. Elle sera pratiquée avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l’accepter ou de le refuser.
Une information vous est fournie sur le déroulement de l’intervention et de ses suites.
Le médecin radiologue est qualifié pour juger de l’utilité de cette intervention pour répondre au problème diagnostique que se pose votre médecin. Toutefois, il se peut que cet intervention ne donne pas toutes les réponses.
Il est très important que vous répondiez bien aux questions qui vous seront éventuellement posées sur votre état de santé ainsi que sur les médicaments que vous prenez (liste écrite des médicaments). Certains traitements doivent en effet être modifiés ou interrompus pour certains examens d’imagerie.
N’oubliez pas de vous munir de vos anciens examens pour une comparaison et surtout de respecter les recommandations qui vous sont faites.

De quoi s’agit’il ?

Une Infiltration consiste à injecter un principe actif (anti-inflammatoire, visco supplémentation) plus ou moins associé à un anesthésique dans une articulation, dans une bourse séreuse ou autour d’un tendon. Le but de l’infiltration est de faire disparaître les phénomènes douloureux.

Pourquoi faire cette ponction dans le service de radiologie ?

Le geste sera effectué par échographie. Cette technique permet de choisir le bon point d’entrée de l’aiguille, de suivre son trajet et d’atteindre la cible de façon certaine.
Votre coopération est essentielle : elle contribuera à la rapidité du geste de ponction et diminuera les risques de douleur et de complications. L’examen doit se dérouler avec un maximum de précautions, une très grande asepsie. Il faut donc suivre les recommandations du médecin. Vous devez rester immobile pendant l’ensemble de la procédure

Apportez le jour de l’examen

- la demande de votre médecin (ordonnance, lettre….) – le dossier radiologique en votre possession (radiographies, échographies, scanners, IRM, scintigraphies osseuses, …) – la liste écrite des médicaments que vous prenez.

Avant de vous rendre à l’examen

A l’exception des médicaments que l’on vous aurait précisément demander d’arrêter, vous prendrez normalement vos autres traitements.
Venez de préférence accompagné. Il ne faut pas être à jeun. Pour être plus à l’aise, il est conseillé d’aller aux toilettes avant la ponction.

Le déroulement de l’examen

L’examen se fait en position allongée. La peau est d’abord désinfectée. La piqûre est un moment un peu désagréable de l’examen. L’injection du liquide iodé dans l’articulation ne provoque tout au plus que des douleurs modérées et très passagères. Après avoir retiré l’aiguille, votre articulation sera placée dans différentes positions et on prendra plusieurs clichés.
La préparation est la partie la plus importante et la plus longue de l’examen.
L’infiltration comprend deux étapes principales : – le repérage de l’organe ou de la lésion sous contrôle échographique – l’introduction de l’aiguille et l’infiltration.
L’aiguille est mise en place très précisément grâce à l’échographie. Dans certaines localisations comme la hanche par exemple, le médecin réalise préalablement à l’infiltration une anesthésie cutanée et un repérage par injection d’un produit de contraste iodé.
Quelques images radiologiques ou échographiques seront prises durant les différentes phases de l’examen.

Après l’examen

Après votre retour à domicile : Les mouvements doux sont préconisés pour faciliter la diffusion du produit.
En cas de fièvre, de douleur persistante, de chaleur, ou de rougeur dans les jours suivant l’examen, il est important de contacter immédiatement votre médecin ou notre équipe au n° de téléphone suivant :

Quelles complications pourraient survenir pendant l’examen ?

Il est rarissime qu’un liquide iodé ou un anesthésique injecté déclenche des réactions allergiques. De plus, celles-ci sont le plus souvent sans conséquence.

Quelles complications pourraient survenir après l’examen ?

Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complication.
Il est fréquent qu’une majoration minime des douleurs surviennent pendant 48 à 72 heures après l’infiltration, ceci ne constitue pas une complication.
Comme pour toute ponction, il existe un très faible risque d’infection. Nous prenons, bien entendu, toutes les précautions nécessaires pour l’éviter. Des douleurs, un gonflement de la région infiltrée, de la fièvre dans les jours suivant l’examen doivent vous alerter. Il faut alors nous appeler sans délai, car il peut être urgent de vous donner un traitement.
Il est normal que vous vous posiez des questions sur l’examen que vous êtes amené à passer. Nous espérons y avoir répondu. N’hésitez pas à nous interroger à nouveau pour tout renseignement complémentaire.

Nous vous conseillons l’article Mammographie Douai.