Mammotome


De quoi s’agit-il ?

La biopsie par Mammotome® est une nouvelle méthode de prélèvement de tissu qui présente de nombreux avantages. La technologie de base du système utilise le vide (aspiration par dépression) et une aiguille creuse de 3 mm munie d’un petit couteau cylindrique rotatif. Ce système ne nécessite qu’une seule ponction, car l’aiguille coulisse dans un guide, il est ainsi possible de prélever sans interruption un nombre suffisant d’échantillons de tissus de la zone concernée et des zones adjacentes. Ceci permet un diagnostic fiable. Le geste est pratiqué en consultation externe et sans suture et ne laisse habituellement aucune cicatrice plusieurs semaines après l’intervention. il peut être pratiqué avec un repérage radiographique « stéréotaxie ».
l’examen se fait en position allongée sur le ventre lorsque le repérage est radiologique (utilise les rayons X comme la mammographie) .

La macrobiopsie par Mammotome® est précédée par une consultation de faisabilité, d’éligibilité et d’information en conformité avec les protocoles des différents établissements et de l’arrêté du 1er avril 2004.
C’est à cette occasion que cette fiche d’information vous sera remise.

Le déroulement de l’examen (procédure de repérage radiologique Mammotome® ST)

Après avoir signalé votre arrivée à l’accueil, vous serez dirigée vers la salle d’attente. L’équipe médico-technique s’efforce de limiter l’attente en apportant un soin particulier au respect des horaires. Toutefois, il existe des imprévus qui peuvent désorganiser le planning et prolonger l’attente. Une manipulatrice de radiologie recueille la lettre du médecin et vos examens radiologiques mammaires. Elle vous explique le déroulement de l’examen. Ensuite, vous entrez dans la salle de radiologie. Vous serez allongée à plat ventre, torse nu sur une table d’examen. Une ouverture de la table permet le passage du sein. Le sein est comprimé comme lors d’une mammographie*.
Le radiologue et la manipulatrice travaillent autour et au-dessous de la table d’examen. Des radiographies de la zone anormale sont réalisées pour retrouver l’anomalie et déterminer l’endroit précis par lequel il faut introduire l’aiguille ; vous ne devez alors plus bouger jusqu’à la fin des prélèvements, soit pendant 10 à 15 minutes.
Le radiologue réalise une anesthésie locale qui agit en quelques secondes et pendant plus de 45 minutes. Vous ne ressentirez aucune douleur pendant l’examen. Toutefois, on peut parfois ressentir une sensation de succion désagréable. Une petite incision de quelques millimètres est nécessaire pour introduire l’aiguille. L’aiguille est introduite jusqu’à l’anomalie (à une profondeur calculée par ordinateur grâce aux radiographies réalisées après l’installation sur l’appareil). Le dispositif de prélèvement est équipé d’un ressort permettant un mouvement rapide de l’aiguille pour un bon positionnement. Vous entendrez un claquement qui ne doit toutefois pas vous faire sursauter. Plusieurs prélèvements successifs (indolores) sont alors réalisés. L’aiguille reste en place, mais tourne sur son axe. Les prélèvements sont aspirés à l’intérieur de l’aiguille, puis extraits pour être transmis au laboratoire. Lorsque l’anomalie est constituée de microcalcifications, les prélèvements sont radiographiés pour confirmer leur présence dans les prélèvements. Une radiographie du sein est réalisée à la fin des prélèvements. Si toutes les micro calcifications ont été enlevées, il est nécessaire de placer dans le sein une agrafe métallique (*clip*) pour que l’on puisse retrouver ensuite l’endroit du prélèvement. Ce clip peut être gardé dans le sein sans inconvénient ni limite de durée.
Souvent, une mammographie (de face et de profil) est ensuite réalisée sur le sein porteur du clip avant de mettre en place un pansement. Il n’est pas nécessaire de recoudre l’incision.
Le pansement doit être gardé pendant quelques jours sans être mouillé. Par-dessus celui-ci, un pansement compressif est posé: il permet de diminuer les risques d’hématome. Un médicament anti-douleur (antalgique), en gélule, vous est prescrit pour 24 à 48 heures, mais il ne faudra pas prendre d’aspirine.
On peut également appliquer de la glace pour réduire la douleur, mais la glace ne doit jamais être directement au contact de la peau.

Quelles complications pourraient survenir pendant l’examen?

Il est fréquent que la biopsie provoque un hématome celui-ci est sans conséquences.
Une sensation de malaise peut parfois survenir il est important de le signaler immédiatement.
Il est possible de mener une vie normale juste après la biopsie (en évitant les efforts exceptionnels avec le bras du côté du prélèvement). La macrobiopsie du sein guidée avec le système Mammotome® (nom commercial) dure en moyenne moins d’une heure depuis l’entrée dans la salle jusqu’à la sortie. Il faut toutefois compter environ deux heures de présence à la clinique.
Quelles complications pourraient survenir après l’examen ?
Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurité maximales, comporte un risque de complication.
Comme pour toute ponction, il existe un très faible risque d’infection. Nous prenons, bien entendu, toutes les précautions nécessaires pour l’éviter.

Résultats:

Un commentaire oral et écrit vous sera donné juste après la procédure, le radiologue ne peut pas donner immédiatement le résultat de la biopsie car les prélèvements doivent être analysés en laboratoire. Cela demande généralement quelques jours. Le compte rendu ainsi que celui du laboratoire sont adressés aux médecins de votre choix dans les jours qui suivent la biopsie. Il est important que vous conserviez soigneusement les compte rendus: ceux-ci seront utiles lors des prochains examens radiologiques.
Vous serez convoquée pour une consultation une semaine plus tard ou les résultats anatomopathologiques vous seront communiqués et expliqués ainsi que la conduite à tenir ultérieure: simple contrôle radiologique après quelques semaines ou surveillance régulière des anomalies ou intervention chirurgicale et les modalités de surveillance.
Une consultation devra être programmée avec le médecin prescripteur, il pourra commenter les résultats de ces examens et indiquera la suite à donner en fonction de l’avis donné par un groupe de médecins acteurs de toutes les disciplines concernées (chirurgien, spécialiste du sein, oncologue médical, radiothérapeute, radiologue, anatomo-pathologiste, psycho-oncologue), conformément aux données actuelles de traitement des maladies du sein « le comité de coordination en cancérologie ». Dans certains cas une consultation avec un psychologue de l’équipe pourra vous être proposée.

Ce que vous devez faire :

Avant l’examen

répondez attentivement aux questions suivantes :
-Avez-vous des risques particuliers de saigner ?
-avez-vous une maladie du sang ou des saignements fréquents ou prolongés (du nez par exemple) ?
-prenez-vous un traitement fluidifiant le sang (anticoagulant ou anti-agrégant plaquettaire type Aspirine, Asasantine, Kardegic, Persantine, Plavix, Previscan Sintrom, Solupsan, Ticlid …), ou tout simplement souvent de l’Aspirine contre le mal de tête ?
dans ce cas, il sera nécessaire d’arrêter ce traitement avant l’examen : nous vous préciserons combien de temps
D’une manière générale, n’hésitez pas à fournir tout renseignement qui vous paraîtrait important à communiquer et à nous informer de toute maladie sérieuse.

Apportez le jour de l’examen :

la demande de votre médecin (ordonnance, lettre….)
tous vos résultats d’analyses de sang, de prélèvements mammaires antérieurs
le dossier radiologique en votre possession (Mamographie, Echographies, IRM …)

Nous vous conseillons l’article sur scanner Douai.