Echographie-Doppler

L’ECHOGRAPHIE

De quoi s’agit-il ?

L’échographie, ou imagerie par ultrason existe depuis les années 1970.
Elle utilise des ultrasons émis par une sonde de haute fréquence, inaudibles, qui se
propagent à des vitesses différentes dans le corps et les tissus qu’ils traversent.
Ces ultrasons se réfléchissent pour former une image de la région examinée.
Un ordinateur analyse l’ensemble de ces informations et permet de reconstituer une image en coupes parfaitement analysable.
Cet examen peut être couplé à un Doppler qui permet, comme une sorte de radar,
d’encoder en couleur des éléments circulant se déplaçant à l’intérieur d’un organe, ce qui
en application pratique s’utilise dans l’immense majorité des cas pour étudier la circulation sanguine au sein des vaisseaux ou la vascularisation de certaines lésions.

Déroulement de l’examen :

Vous serez allongé sur un lit dans une pièce sombre pour faciliter la lecture des images.
Un gel transparent et froid sera appliqué sur la peau pour permettre la transmission des
ultrasons. Ce gel ne tache pas.
Votre coopération sera souvent nécessaire pendant l’examen, en particulier il pourra vous être demandé de gonfler les poumons et d’arrêter de respirer pendant quelques instants.
Dans certains examens, il sera nécessaire de contracter la paroi abdominale pour rechercher des hernies par exemple.
Dans la majorité des cas, il est préférable de rester relativement immobile pendant
l’examen.

Si votre enfant passe un examen échographique, vous pourrez rester à ses côtés. Sa
coopération et votre coopération seront nécessaires pour obtenir un examen de qualité
pratiqué sur un enfant calme et rassuré.
Le médecin radiologue qui réalisera l’examen vous donnera brièvement par voie orale des résultats qui seront ultérieurement mis par écrit sur votre compte-rendu qui vous sera rendu le jour même dans la majorité des cas.

Il n’existe aucune contre-indication particulière à l’échographie.
Il n’existe aucun effet secondaire des ultrasons émis par l’échographie.

Cet examen peut être limité sur le plan technique, notamment dans l’examen abdominal par la présence de gaz, un ventre très ballonné ou des interpositions qui conduiront le médecin radiologue à proposer une autre méthode d’imagerie plus performante pour votre cas.

Déroulement particulier de certains examens et préparations particulières :

I) Echographie hépatobiliaire :

Il vous sera demandé de rester à jeun le jour de l’examen durant environ 4 heures pour les
adultes et 3 heures pour les enfants.

Le médecin radiologue déposera du gel sur votre ventre et demandera souvent votre
coopération en gonflant les poumons puis en arrêtant de respirer.
Dans certains cas, il vous sera nécessaire de vous déplacer sur le côté gauche, sur le côté droit, voire de vous lever pendant l’examen.
Il est préférable d’éviter de parler pendant l’examen compte tenu des artéfacts de
mouvements.

II) Échographie pelvienne :

Cet examen peut se pratiquer de deux manières différentes. Soit, il peut être réalisé avec une sonde endovaginale, soit il peut être réalisé avec une sonde abdominale à travers la paroi du pelvis.
Chez l’enfant, la jeune fille, l’adolescente n’ayant pas encore eu des rapports, l’examen sera toujours pratiqué par voie sus-pubienne, et il vous sera demandé de vous présenter vessie pleine et de ne pas avoir uriné pendant 3 heures avant l’examen.

Dans les cas d’échographie pelvienne à visée gynécologique, chez les femmes d’âge mûr ou
chez les jeunes femmes ayant déjà eu des rapports, l’examen pourra être pratiqué à l’aide
d’une sonde endovaginale. Cet examen est beaucoup plus précis pour étudier les organes
utérins et ovariens.
La sonde endovaginale est toujours désinfectée entre deux patientes et protégée par une
enveloppe étanche à la transmission des germes ; à usage unique.

III) Échographie prostatique par voie endorectale :

Cet examen a pour objectif d’étudier la prostate.
Elle nécessite la mise en place d’une sonde à travers l’anus dans la partie basse du rectum,
pour pouvoir obtenir des images extrêmement précises de la prostate.
Cet examen sera toujours couplé à l’analyse des reins et l’analyse de la vessie.
Il vous sera demandé d’uriner pendant l’examen et le médecin étudiera la quantité d’urine
restante après ces manœuvres.
La sonde endorectale est systématiquement désinfectée entre les patients, et protégée
d’une coque plastique à usage unique, empêchant la transmission des germes.

Il vous sera systématiquement demandé de réaliser un lavement évacuateur du rectum
avant la réalisation de cet examen, pour qu’il soit réalisé dans de bonnes conditions.
L’ordonnance de préparation est disponible auprès de notre secrétariat.

IV) Échographie ostéo-articulaire :

L’échographie est particulièrement performante dans l’analyse des structures musculaires et tendineuses péri-articulaires en particulier pour l’épaule, le coude, le poignet, le genou et la cheville.
Dans le cas des déchirures musculaires ou des claquages du sportif, l’échographie réalise de manière non invasive, un bilan précis des lésions.

V) Échographie thyroïdienne :

L’échographie thyroïdienne est un examen particulièrement performant pour étudier
le volume de la glande thyroïde et les nodules intra-thyroïdiens et surtout permettre la
surveillance de ces goitres nodulaires.

Dans un certain nombre de cas, cette échographie pourra être couplée à une cytoponction à l’aiguille fine de manière à réaliser des prélèvements, au sein des nodules et de s’assurer de leur bénignité.

VI) Pour l’échographie obstétricale cliquez ici





Nous vous conseillons aussi cette article sur l’IRM Douai.